INSCRIPTION
CONNEXION

Condamné « pour prise illégale d'intérêt », Martial Passi, le maire de Givors, démissionne


Martial Passi (Photo DR)
Givors, la grande commune la plus proche de Vienne (20 000 habitants) est dans la tourmente.

Mardi soir, Martial Passi, le maire de la commune, a convoqué les élus de sa majorité pour leur annoncer sa démission.

Une décision prise, a-t-il expliqué, pour mieux se défendre suite aux démêlées avec la justice, pour une affaire de prise illégale d'intérêt.

« J’ai décidé de faire appel. Une condamnation aussi lourde pour un intérêt moral, c’est du jamais vu. Je ne prends pas cette décision pour sauver mon avenir politique. J’ai besoin d’un peu de temps pour préparer ce dossier » (*), a t-il expliqué aux élus.

Rappelons que le maire communiste de Givors a été récemment condamné par le tribunal correctionnel de Lyon à six mois de prison avec sursis et 10 000 euros d'amende et trois ans d'inégibilité pour avoir recruté sa sœur cadette, Muriel Goux à la mairie.

L’élu était accusé d'avoir embauché sa sœur comme directrice générale des services de la mairie en janvier 2015, selon un processus de recrutement contesté.

L’intéressée de son côté a été condamnée pour « recel de prise illégale d’intérêt » à quatre mois de prison avec sursis, 5 000 euros d’amende et 18 mois d’interdiction d’exercer dans la fonction publique.

Elle a donc été contrainte de quitter immédiatement ses fonctions à la mairie de Givors.

Martial Passi n'était pas obligé de démissionner, la décision de justice le concernant étant « suspensive ».

A savoir que le maire de Givors est aussi vice-président en charge des déplacements et de l’intermodalité à la Métropole de Lyon à laquelle Givors appartient.

(*) Le Progrès
Posté le 12/07/2017 par

À lire aussi

Envoyer à des amis
Envoyer par Sms

Vous trouvez que cet article est intéressant ?
Faites-le savoir !

l'article les intéresse
Soyez le premier à montrer votre intérêt pour cet article !