INSCRIPTION
CONNEXION

Découverte exceptionnelle : douze mosaïques mises au jour à Saint-Colombe lors de fouilles préventives


Une des douze mosaïques mises au jour
« Un vrai petit Pompéï ! On y trouve tout ce qui faisait une ville à l'époque romaine, du 1er au 4ème siècle : l'équivalent d'un centre commercial romain, un temple, des thermes, des logements, des espaces publics , le tout situé entre le Rhône et la via Narbonna qui était l'A7 de l'époque gallo-romaine... » Les responsables de la société Archeodunum, spécialisée dans les fouilles préventives vont depuis plusieurs mois de surprises en surprises à Saint-Colombe.

A telle enseigne que les fouilles actuellement engagées rue des petits Jardins et destinés à laisser la place, à terme, à un ensemble d'immeubles, « le Parc aux Colombes », a été classée par l'Etat comme « découverte exceptionnelle ».
Engagées depuis le 3 avril dernier, ces fouilles portent sur un vaste terrain de 5 500 m2.

Elles laissent peu à peu la place à un quartier entier d'une ville romaine de Vienne où l'on trouve ainsi des espaces publics, mais aussi de riches demeures patriciennes, ainsi que des espaces artisanaux et de commerces.

L'ensemble du site date du 1er au 4ème siècles. Si ce riche patrimoine a pu être conservé c'est que ce quartier a brûlé à l'époque. Or, dans ces cas là, on ne rasait pas les locaux on rajoutait des déblais et on construisit dessus, ce qui a permis la bonne conservation de ce site et permet d'oser la comparaison avec Pompéï : ce ne sont pas là des cendres volcaniques, mais des déblais.

Outre des portiques, une fontaine monumentale et un entrepôt (on est tout près du fleuve) encore plein de cruches et d'amphores, une maison effondrée avec son mobilier abandonné, les archéologues ont mis au jour dans les demeures pas moins de douze mosaïques.

L'une des plus intéressantes représente les fameuses bacchanales, cortège de bacchantes et de satyres enivrés autour du dieu du vin, Bacchus, le tout illustré de quinze tableaux !

Les archéologues ont également découvert dans les ruines du Temple dédié à une divinité pour l'heure encore inconnue, une médaille en bronze frappée en 191 après Jésus-Christ et offerte par l'empereur Commode en personne. Elle a pu appartenir à l'un des prêtres du Temple, voire constituer un cadeau lors de la fondation du sanctuaire qui était peut-être dédié au culte de la famille impériale...

Les fouilles doivent en principe se terminer le 15 décembre prochain pour laisser la place à la construction des immeubles.

Les mosaïques mises au jour vont rejoindre l'atelier de restauration de mosaïques situé non loin de là, au sein du musée de Saint-Romain-en-Gal.
Mais ce sera un travail très long. On ne devrait donc pas découvrir ces mosaïques dans toute leur beauté avant au moins cinq ans...

En attendant si vous êtes intéressés pour visiter ce site, c'est possible tous les jeudis, par groupe de 25 personnes. Mais, pour l'heure, toutes les visites sont malheureusement complètes pour cet été.

Mais vous pourrez sans doute tenter votre chance après ou lors des prochaines Journées du Patrimoine prévues à la mi-septembre au cours desquelles des visites plus importantes seront organisées.

Il s'agit là en tout cas de la plus grosse découverte archéologique sur les deux rives du Rhône à Vienne depuis près de vingt ans !

Posté le 31/07/2017 par

À lire aussi

Envoyer à des amis
Envoyer par Sms

Vous trouvez que cet article est intéressant ?
Faites-le savoir !

l'article les intéresse
Soyez le premier à montrer votre intérêt pour cet article !