INSCRIPTION
CONNEXION

Jazz à Vienne veut jouer la carte acoustique avec l'Auditorium de Lyon


Lousi Sclavis fêtera ses 40 ans de scène à l'Auditorium.
« Il y en a assez de ces concerts à la sono trop forte.. Nous avons bien essayé de rester dans un timbre acoustique plus sage, mais nous avons du mal à maîtriser le son au théâtre antique, car là, ce sont les artistes qui gèrent... »

Directeur de Jazz à Vienne, Stéphane Kochoyan se fait le relais des spectateurs qui, régulièrement de plaignent des sonos sursaturées. A tel enseigne-pas à Vienne, mais ailleurs- qu'on peut voir des organisateurs conscient du problème distribuer à l'entrée des bouchons d'oreilles.. !

C'est la raison pour laquelle Stéphane Kochoyan a décidé de jouer la carte acoustique dans le cadre de la collaboration entamée depuis trois ans avec Jean-Marc Bador, le directeur de l'Auditorium de Lyon. L'idée est de bénéficier de l'excellente acoustique de cette belle salle de 2 100 places, c'est-à-dire comme dans les théâtres romains ou grecs à l'origine : sans sono.

Ce sera au moins le cas avec deux des six concerts programmés avec l'Auditorium, lors de la saison 2015/2016 qui vient d'être présentée : lors des concerts de Salif Keïta (le 25 mars 2016) ou du pianiste Michel Camilo qui se produira en solo le 10 mai 2016.

Ce dernier s'est d'ailleurs déjà produit en soliste avec les orchestres symphoniques du monde entier, à commencer par l'Orchestre National de Lyon, la formation de l'Auditorium.

Depuis sont premier album « Why not ? » en 1988, il a enregistré quatorze albums sous son nom, mais aussi, cela se sait moins, deux albums de musique classique avec Tomatito, la star du Flamenco espagnol.

De son côté, le chanteur africain Salif Keïta sera accompagné de sa formation dans le cadre, - de son « Acoustic Tour » pour lequel il sera accompagné de deux choristes féminines : Bah Kouyaté et Aminata Dante.

L'une des soirées les plus émouvantes programmées lors de la saison prochaine concernera sans doute le plus lyonnais des musiciens de Jazz : Louis Sclavis qui fêtera ses quarante ans de scène.

Le clarinettiste de Jazz aura pour ce faire carte blanche et sera notamment accompagné d'un autre doyen du Jazz français : Michel Portal. Au sein de sa propre formation « Silk Quartet », Louis Sclavis aura notamment à ses côtés le percussionniste persan, Keyvan Chemirani. Le thème, bien évidemment  : « La route de la soie » (le 14 décembre 2015).

Au programme également : le pianiste Tigran Hamasyan qui commémorera sur la scène de l'Auditorium le centenaire du génocide arménien en compagnie du Chœur de chambre d'Etat d'Erevan, la capitale de l'Arménie. Un requiem contre l'oubli (le 9 octobre 2015).

On pourra également ouïr, grâce à ce partenariat Jazz à Vienne/Auditorium : le contrebassiste israëlien Avishai Cohen qui sera accompagné des deux autres membres de son trio et de l'orchestre de l'ONL dirigé par Robert Sadin. Inédit : Avsihai présentera à cette occasion sa dernière création.

Enfin, événement de plus en plus rare, cette saison lyonnaise de Jazz à Vienne sera marquée par la présence sur la scène de l'Auditorium d'un Big Bang : les quinze formidables musiciens, tous de grands solistes du « Lincoln Center orchestra » qui seront placés sous la direction de Winton Marsalis. Une présence au sein de ce temple de la musique classique qui n'a rien de surprenant : le Lincoln Center a déjà collaboré à plusieurs reprises avec plusieurs orchestres symphoniques à travers le monde.

Au programme : un vaste répertoire qui puisera dans les compositions originales de Marsalis, Ted Nash, d'autres membres de la formation, mais aussi d'Ellington, de Mingus ou de Coltrane (le 6 février 2016).

Des soirées à d'ores et déjà noter sur vos tablettes bleues. La location est ouverte sur www.auditorium-lyon.com
Posté le 28/04/2015 par

À lire aussi

Envoyer à des amis
Envoyer par Sms

Vous trouvez que cet article est intéressant ?
Faites-le savoir !

l'article les intéresse
Soyez le premier à montrer votre intérêt pour cet article !