INSCRIPTION
CONNEXION

Législatives : en meeting à Vienne, Laurent Wauquiez apporte son soutien à Maryline Silvestre


Le meeting avec Laurent Wauquiez a rassemblé près de 300 personnes à la salle-des-fêtes.
Le meeting qui a rassemblé près de 300 personnes, autour de Laurent Wauquiez, le président LR de la Région, mercredi 17 mai à la salle-des-fêtes, ne se présentait d'emblée pas sous les meilleurs auspices.

Il s'est d'abord déroulé le jour même de la nomination de deux ministres « Les Républicains » au sein du gouvernement Macron, Bruno Le Maire et Gérard Darmanin ; sitôt exclus des rangs des Républicains, par ailleurs.

Mais de surcroît, un autre comité d'accueil attendait devant la salle-des-fêtes, Laurent Wauquiez qui était accompagné de Thierry Kovacs, maire de Vienne, suppléant de la candidate LR de la 8ème circonscription, Maryline Silvestre... La nouvelle municipalité de Reventin-Vaugris menée par Blandine Vidor, maire, et les opposants au choix de demi-échangeur, celui situé au niveau du péage de l'A7, étaient venus troubler le meeting LR avec force banderoles et porte-voix.

Pour les deux premiers, ex-Les Républicains, Bruno Le Maire et Gérard Darmanin, Laurent Wauquiez les exécuta à la tribune en quelques mots, les accusant d'avoir accepter un maroquin dans le nouveau gouvernement « pour un plat de lentilles ».

Et d'ajouter : « Il y a quatre mois, Bruno Le Maire voulait baisser une CSG qu'au gouvernement il va devoir augmenter... »

Quant au choix du demi-échangeur « central », sur l'A7 Thierry Kovacs qui rappela l'historique du dossier, assura qu'il s'agissait là « d'une décision historique de mener enfin à bien un projet vieux de trente ans. » Et d'en faire un argument électoral :  « Il ne faut pas qu'il y ait une voix qui se perde si l'on veut que cet échangeur puisse enfin voir le jour.. ! »

Il reconnut néanmoins devant les trois cents participants de ce meeting que « jamais élection législative n'aura été aussi indécise », réservant notamment ses coups au député sortant, Erwann Binet, accusé entre autres de n'avoir pas soutenu ce dossier de demi-échangeur, mais aussi bien d'autres.

L'objectif, tant pour Thierry Kovacs que pour Maryline Silvestre et Laurent Wauquiez était de mobiliser un électorat quelque peu déboussolé par la nouvelle donne politique et qui peut être tenté de voter « utile », comme au second tour de l'élection présidentielle. Et donc se détourner des Républicains.

La soirée fut donc mise à profit par les orateurs pour déployer leurs arguments, notamment celui de l'augmentation de 1,7 % la CSG dans le programme d'Emmanuel Macron « qui va toucher tout le monde et qui sera ressentie durement par les petits retraités, notamment puisqu'il constituera une nouvelle ponction de 21 milliards d'euros », lança Maryline Silvestre.

La sécurité, « une ponction de 10 milliards sur les collectivités locales », l'absence de concertation sur le projet d'accueil des immigrés dans l'ancienne hôtel Formule 1 de Chasse-su-Rhône, etc., constituèrent autant d'arguments qui furent développés à la tribune. Pour mobiliser un électorat qui a du mal à retrouver ses repères dans cette situation politique inédite...
Posté le 17/05/2017 par

À lire aussi

Envoyer à des amis
Envoyer par Sms

Vous trouvez que cet article est intéressant ?
Faites-le savoir !

l'article les intéresse
Soyez le premier à montrer votre intérêt pour cet article !