INSCRIPTION
CONNEXION

Pas d'antécédent terroriste : le passager armé du TER a pris la direction de l'hôpital psychiatrique...


La frontière entre terrorisme et psychiatrie peut être mince... C'est ce que démontre l'arrestation, lundi 13 février, relatée par vivre-vienne, d'un jeune passager du TER Lyon-Valence, parti à 8 h 20 de la gare de la Part-Dieu.

Alors qu’ils assuraient une mission de sécurisation, des fonctionnaires de la Police aux Frontières (la PAF) avaient décidé de contrôler ce voyageur  qui semblait nerveux, découvrant dans son sac à dos un couteau dissimulé... dans un sandwich, ainsi qu'une bouteille d’un produit solvant inflammable ; mais aussi une boîte d’allumettes. L'attirail éventuel d'un terroriste qui aurait pu passer à l'acte.

Débarqué en gare de Vienne, il avait été immédiatement conduit au commissariat où il avait été placé en garde à vue.

Il est vite apparu aux enquêteurs du commissariat de Vienne que ce jeune-homme de 19 ans, originaire de la région lyonnaise, n'était pas fiché au sein des ex-Renseignements Généraux, ni des services de lutte contre le terrorisme. Il était en revanche déjà bien connu des services psychiatriques.

Il a ainsi d'abord pris la direction de l'hôpital de Vienne ; puis celle d'un service psychiatrique à Lyon où il a été pris en charge. Aucune suite judiciaire n'a été donnée par le Procureur de la République à Vienne. Une fausse alerte donc qui met en évidence le dispositif mis en œuvre dans le cadre de l'état d'urgence.
Posté le 15/02/2017 par

À lire aussi

Envoyer à des amis
Envoyer par Sms

Vous trouvez que cet article est intéressant ?
Faites-le savoir !

l'article les intéresse
Soyez le premier à montrer votre intérêt pour cet article !